Concours d’éloquence du CINUP à l’ambassade américaine

Ce mardi 7 juin, s’est tenue la finale du premier concours d’éloquence du CINUP au George C. Marshall Center. Cet évènement a été coorganisé en partenariat avec l’ambassade des Etats-Unis en France qui nous a accueilli dans ses locaux près de l’hôtel de la Marine à Paris. Il y a soixante-quinze ans, le 5 juin 1947, le secrétaire d’État américain, George Marshall, a prononcé, devant les étudiants d’Harvard, le discours qui introduit le plan Marshall. Ce discours et le plan de reconstruction européen après les dévastations de la Seconde Guerre Mondiale marqua le renforcement du partenariat transatlantique et permit de relever l’Europe démocratique de ses cendres. 

Soixante-quinze ans après ce discours fondateur, le CINUP a décidé de célébrer cet évènement et les relations transatlantiques. Le premier concours d’éloquence Marshall fut donc organisé en partenariat avec l’ambassade américaine afin de rendre hommage à ce discours fondateur. Plus de soixante étudiants parisiens, mais aussi venus de plusieurs villes de France ont participés à ce concours. Les 4 finalistes ont eu l’honneur de faire leur discours devant l’ambassadrice des Etats-Unis en France et une assemblée d’invités réunis pour l’occasion. 

 

La première phase de sélection a commencé le 30 avril ; les participants avaient trois minutes pour faire leur discours sur un des sujets annoncés. Le discours devait être en anglais et le thème était bien évidement autour du plan Marshall et des relations transatlantiques. Certains ont ainsi pu choisir « the future of Franco-American relations » ou encore des sujets plus larges tels que « the Thucydide trap ? ». Les participants furent jugés par un jury composé de membre du bureau du CINUP : le président ; Éric Guiochon, le secrétaire général ; Denis Richard et les deux vice-présidents: Benjamin Bourgoin et Marie-Elia Gaillard. Les participants étant tous d’excellents orateurs ingénieux, les critères pour les départager furent par exemple les références culturelles, l’aisance à l’oral ou encore leur analyse des relations internationales.

Une seconde phase de sélection a ensuite été tenue le 14 mai à l’ISG. Les dix candidats sélectionnés avaient de même trois minutes pour s’exprimer sur un des sujets annoncés une semaine auparavant dont « Vice President Harris and the entry into a new century » ou encore « The reform of the United Nations Security Council ». A l’issue de ce second tour, les quatre finalistes qui se sont exprimé au George C. Marshall Center le 7 juin ont été définis.

 

Les quatre finalistes sont : Omayma Chadouli et Milan Anticevic, tous deux étudiants en droit francais-common law à Paris X-Nanterre, Solweig Péron-Redon, étudiante à l’INALCO et membre de l’association Promethei et Hugo Martin, étudiant à l’université de Versailles Saint Quentin en Yvelines. Les quatre finalistes ont pu s’exprimer sur le sujet commun choisi pour la finale de ce concours : « What Marshall Plan today for lasting peace in Europe ? » avec la célèbre citation du discours de George Marshall à Harvard : « Our policy is directed against no country, no doctrine, but against famine, poverty, despair and chaos ».

 

La finale de ce concours s’est donc tenue en présence de SEM Denise C. Bauer, ambassadrice des États-Unis en France et à la principauté de Monaco, ainsi que devant une assemblée diverse. Parmi les invités figuraient des étudiants, membres du bureau du CINUP, mais aussi des diplomates, militaires ou encore sénateurs, à la fois français et américain. La soirée a commencé par un discours de l’ambassadrice rappelant les liens forts entre les Etats-Unis et la France, mais aussi l’importance des relations transatlantiques et des effets du plan Marshall, encore ressentis de nos jours. Par la suite, la docteure Annick Cizel, professeure associée de politique étrangère américaine à la Sorbonne Nouvelle, s’est exprimée sur l’histoire du plan Marshall et son retentissement à l’époque de son implémentation  aussi bien que de nos jours. Le président du CINUP, Éric Guiochon a ensuite présenté l’association et l’organisation de cet évènement, qui a pour but de réaffirmer les valeurs de l’organisation et de la diplomatie multilatérale ainsi que l’ouverture des étudiants aux enjeux internationaux. Les quatre finalistes se sont ensuite exprimés tour à tour. Bien que le sujet ait été le même pour tous, les discours ont pris une tournure très diverse aussi bien en évoquant la guerre en Ukraine, les relations entre la Russie et les Etats-Unis avec quelques touches d’humour ou encore en affirmant l’importance des valeurs démocratique. Chacun a ainsi pu partager sa vision d’un nouveau plan Marshall adapté au contexte géopolitique actuel. Après le passage de chaque participant, SEM Jack Markell, ambassadeur des Etats-Unis à l’OCDE a clôturé la cérémonie avec un discours. Il a ainsi rappelé que Marshall s’était d’abord adressé aux étudiants et à la nouvelle génération, tel que ce fut le cas lors de cet évènement, qui a permis aux étudiants de prendre la parole et de s’exprimer sur leurs visions de l’avenir.

 

S’en est suivi le moment du vote : afin de départager ces quatre brillants finalistes sur leurs discours porté à la fois sur l’actualité et l’histoire du plan Marshall. L’assemblée a donc votée pour son discours préféré et c’est Milan Anticevic qui s’est vu gagner ce concours d’éloquence. Après l’annonce du vainqueur, les 4 finalistes ont pu échanger et prendre des photos avec les deux ambassadeurs présents. 

Après la cérémonie, les invités se sont dirigés vers la salle de réception du George C. Marshall Center et ont pu profiter d’un cocktail où chacun a pu féliciter les finalistes et échanger avec les autres éminents invités.